La réussite de votre projet RT2012 passe par le choix de vitrages performants, adaptés à votre projet et intelligemment positionnés. Les vitrages permettent de profiter de rayonnement solaire, qui fourni gratuitement un apport de chaleur et de luminosité. Cependant, les déperditions des vitrages sont nettement plus significatives que celles de vos murs isolés. De plus, le non protection de vos vitrages en été peut conduire à des surchauffes. La problématique des vitrages doit être prise en compte avec sérieux afin d’en tirer les avantages et se protéger des éventuels désagréments.

Les exigences de la RT 2012

Tout projet soumis à la RT2012 devra obligatoirement avoir une surface de vitrage supérieure ou égale à 1/6 de la surface habitable (1 m² de surface vitrée pour 6 m² de surface habitable). Cette exigence sur les baies vitrées a pour objectif d’améliorer la part d’éclairage naturel de votre projet. Les auteurs de la RT2012 sont partis du constat qu’au fil des réglementations thermiques françaises, qui sont devenues de plus en plus exigeantes, les surfaces vitrées des constructions résidentielles ont eu tendance à diminuer et sont descendues à moins de 13% de surface habitable avant l’apparition de la RT2012. Cela s’explique par le fait qu’une surface vitrée est systématiquement plus déperditives qu’une surface de mur isolée équivalente. Pourtant, dans les autres pays européens comme la Belgique ou les Pays-Bas, les surfaces vitrées des constructions neuves se situaient plutôt autour de 20%.  La RT2012 devrait corriger cette tendance.

Les vitrages ont également une forte influence sur le coefficient réglementaire Bbio, qui quantifie l’efficacité énergétique du bâti.

L’étanchéité de votre fenêtre devra également être soignée. Il est important de sélectionner des artisans maitrisant cette exigence de perméabilité. En fin de chantier, un test de perméabilité à l’air sera obligatoirement réalisé. Votre projet sera conforme à la RT2012 uniquement si le débit de fuite est inférieur à 0,6 m3/ (h.m²)

Les coefficients caractérisant une fenêtre

Toute fenêtre est caractérisée par les 3 grandeurs suivantes :

  • Le coefficient Uw, en W/(m².K), définit la performance de l’isolation thermique de votre fenêtre.
  • Le coefficient Sw (sans unité), définit la capacité de votre fenêtre à transmettre la chaleur d’origine solaire à l’intérieur de votre local
  • Le coefficient TL (sans unité), définit la capacité de votre fenêtre à transmettre le rayonnement lumineux d’origine solaire à l’intérieur de votre local.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter notre article sur les coefficients caractérisant une fenêtre.

PVC, Bois ou Aluminium ?

Les trois principales huisseries disponibles sur le marché sont le :

Le PVC. C’est actuellement ce qui se vend le plus, en raison de ses propriétés isolantes, de son faible entretien et de son excellent rapport qualité/prix. Cependant, le PVC est un matériau non renouvelable ayant un impact écologique fort.

Le bois.  Ce matériau noble conserve une part de marché intéressante en raison de son style, sa durabilité, ses bonnes propriétés isolantes et son faible impact écologique. Cependant, il est impératif de prévoir un entretien régulier.

L’aluminium.  Ce matériau haut de gamme séduit en raison de ses multiples possibilités décoratives (couleurs, etc.). De plus, ses bonnes propriétés mécaniques permettent de réaliser de grandes portées. Réclamant aucun entretien, ce matériau reste moins performant thermiquement que le PVC ou le bois, malgré la généralisation des rupteurs de ponts thermiques.

Double vitrage ou triple vitrage ?

Le double vitrage se compose de deux vitrages séparés par une lame d’air ou de gaz rares (argon, krypton, etc.). Ils sont actuellement la norme en France et proposent des performances intéressantes et adaptées à votre projet RT2012.

Le triple vitrage se compose de trois vitrages séparés de 2 lames d’air ou de gaz rares. Actuellement,  le triple vitrage représente seulement 3% du marché français. En Allemagne, il représente déjà plus de 40% du marché alors qu’en Suisse, il est devenu un standard. Sa couche de verre supplémentaire lui donne une meilleure isolation thermique, acoustique et phonique que le double vitrage. Cependant, le triple vitrage reste plus cher que le double vitrage (75%), plus épais, plus lourd et réduit les apports solaires gratuits (car plus opaque).

Nous conseillons le recours systématique au triple vitrage pour les projets construits dans des zones froides de notre pays. Pour les autres projets, nous préconisons la mise de triple vitrage uniquement pour vos fenêtres orientées nord ou soumises à de fortes contraintes acoustiques et phoniques (proche d’un axe routier par exemple). En effet, le choix du triple vitrage reste très discutable sur les fenêtres orientées ouest, sud et est pour les maisons construites dans une zone ou le climat est tempéré.

Air ou gaz rare ?

Les doubles vitrages classiques étaient initialement séparés pour une couche d’air, dont les propriétés isolantes sont largement supérieures à celles du verre. Aujourd’hui, l’air emprisonné entre les deux parois vitrées est de plus en plus remplacé par un gaz inerte, dont la conductivité thermique est plus faible que celle de l’air, ce qui en fait un meilleur isolant.

Quelles sont les bonnes pratiques ?

Le choix d’un vitrage est donc particulièrement délicat.  La variation de chacun des trois coefficients précisés dans ce chapitre aura une influence non négligeable sur le bilan de votre fenêtre.  Sur un même bâtiment, il est conseillé de choisir des vitrages différents en fonction :

  • de la localisation géographique du bâtiment
  • de l’orientation et l’usage des différentes pièces
  • des protections solaires envisagées

En règle générale, nous vous conseillons de :

– maximiser les surfaces vitrées orientées Sud, Est et Ouest.  Ces orientations profitent d’un bon ensoleillement,  ce qui permet de réduire votre consommation de chauffage et d’éclairage.  Nous préconisons généralement d’installer 50% de vos vitrages sur votre façade Sud, 20% sur votre façade Est, 20% sur votre façade Ouest et 10% sur votre façade Nord,

tout en les protégeant pour éviter les surchauffes estivales. En été, afin d’éviter les surchauffes, il est important de prévoir la pose de stores ou volets, bloquant totalement le rayonnement solaire.

– réduire la surface des cadres en optant pour les portes fenêtres. Choisissez les vitrages qui ont des surfaces de cadres les plus faibles possibles. Sur vos façades bien exposées, il est conseillé, dans la mesure du possible, de mettre en place des portes fenêtres plutôt que des fenêtres. En effet, l’augmentation de la surface de vitrage permet d’augmenter le ratio de clair (=plus de verre). Ainsi, le coefficient de déperditions de la baie diminue, son facteur solaire et son facteur de transmission lumineuse augmentent. De ce fait, les pertes par cette baie diminuent alors que les gains augmentent.

Quelles vérifications lors de l’achat ?

Afin de vous assurer que vos menuiseries sont performantes, vous devez vérifier sur l’étiquette du produit la présence du marquage CE, précisant les caractéristiques thermiques de la fenêtre, mesurée selon la norme en vigueur.

Nos services RT2012

Notre bureau d’études thermiques est spécialisé dans la réalisation de calculs RT2012. La gestion de projet se fait via notre interface client personnalisée, ce qui nous permet de proposer une prestation de qualité à un tarif intéressant. N’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements.

Inscription
Pour accéder à votre espace client
0 €
Étude RT2012 intermédiaire
Pour valider votre permis de construire
139 €
Étude RT2012 complète
Pour valider votre projet complet
199 €