In Physique du bâtiment, RT 2012, Thermique du bâtiment

Souvent confondus, les calculs réglementaires (RT) et les simulations thermiques dynamiques (STD) ont des objectifs très différents. Il est important de préciser que les résultats d’un calcul réglementaire sont souvent différents des résultats d’un calcul de consommations prévisionnelles (STD).

Le calcul réglementaire, afin de respecter la norme gouvernementale

Depuis le 1er janvier 2013, la réalisation d’un calcul réglementaire RT 2012 est obligatoire à tout projet de construction neuf en France. Mené par le gouvernement suite au Grenelle de l’environnement, cette réglementation a pour but de réguler la consommation du parc de bâtiments français. Le calcul réglementaire permet de positionner un bâtiment par rapport à des standards réglementaires en faisant un calcul indépendant de l’utilisation réelle.

En effet, afin de comparer les différents projets, de nombreuses données nécessaires au calcul ont été moyennées. Ainsi, la RT 2012 fait de nombreuses hypothèses (scénarios de présence, consignes de températures, etc.) qui sont souvent différentes des hypothèses de votre projet.

Afin de mieux comprendre, prenons l’exemple des consommations théoriques vendues par les constructeurs automobiles. Afin de comparer les consommations de différentes voitures, les tests sont faits dans des conditions normalisées (par exemple, 40% de ville, 30% de route nationale et 30% d’autoroute). Ce test est représentatif de la population mais il est fort probable que votre utilisation soit différente.

Le calcul réglementaire (RT 2012 ou RT existant) n’a pas pour objet d’aider à la conception énergétique du bâtiment. Son but est seulement de vérifier que le projet respecte les standards réglementaires imposés par le gouvernement.

La Simulation Thermique Dynamique, pour concevoir et faire les bons choix

La Simulation Thermique Dynamique (STD) est un moteur de calcul qui permet de modéliser le comportement thermique prévisionnel de votre projet. Les équations fondamentales de la thermique sont les mêmes que celles des moteurs de calculs réglementaires. Seulement, contrairement au calcul réglementaire, le thermicien en charge de l’étude a la possibilité de modifier l’ensemble des données en entrées (occupation du bâtiment heure par heure, équipements installés, etc) et d’adapter parfaitement la modélisation à votre projet. Un calcul de consommation est donc réalisé au cas par cas, avec pour objectif de s’approcher au maximum de la réalité.

La différence de résultats entre un calcul réglementaire et un calcul prévisionnel s’explique donc principalement par le fait que les que les scénarios réglementaires sont souvent moyennés et éloignés de la réalité. Mais les variations s’expliquent principalement par le fait que le calcul réglementaire néglige ou sous estime certains postes de consommation d’énergie majeurs (éclairage d’accentuation ou extérieur, appareils électriques, etc.).

A défaut de STD, la simple réalisation d’un calcul réglementaire ne permet pas une véritable collaboration entre l’architecte et l’ingénieur thermicien. Le calcul réglementaire intervient est réalisé pour le dépôt du permis de construire. A cette étape, le maître d’ouvrage valide le projet de l’architecte et il devient difficile pour le bureau d’études thermique d’aider à la conception thermique du projet sans augmenter la technicité et donc la complexité d’utilisation.

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

chaufferie chaudiere